les Voyageurs du Rêve

Auteur Sujet: [CR] Shadowrun (janvier - juillet 2070)  (Lu 81811 fois)

Hors ligne Vinci²

  • Favori de Proserpine
  • *****
  • Messages: 1353
[CR] Shadowrun (janvier - juillet 2070)
« le: 10 mars 2009, 20:20:06 »

...SEATTLE...
...HONG-KONG...
« Modifié: 10 mars 2010, 17:22:11 par Vinci² »
"Clark…in all the years to come…in your most private moments…I want you to remember…my hand…at your throat…I want…you to remember…the one man who beat you."  - Batman to Superman, The Dark Knight Return 

Hors ligne Vinci²

  • Favori de Proserpine
  • *****
  • Messages: 1353
Re : Shadowrun 4 : Think Tank
« Réponse #1 le: 10 mars 2009, 20:22:22 »
THINK TANK

***


Ce scénario reprend certains personnages du roman Carbone Modifié.

   La campagne bat son plein : les trois candidats sérieux au poste de Gouverneur du metroplexe de Seattle* sont toujours au coude à coude :

M. Julius Strouther, nain, actuel Gouverneur du métroplexe et candidat du parti Démocrate.
M. Kenneth Brackhaven, humain, candidat du parti Républicain (GOP).
Mlle Josephine Dzugashvili, humaine, candidate de son propre parti, la Coalition Indépendante.

* La conurbation de Seattle est une municipalité ayant rang d'état (similaire de nos jours à la municipalité de Chongqing, en Chine) ; il s'agit donc de l'un des vingt quatre états constitutifs des UCAS, et dispose de ce fait des prérogatives habituelles (envoi de représentants et de sénateurs au Congrès des UCAS divisé en deux chambres : une haute, le Sénat, et une basse, celle des Représentants). En outre, le statut spécifique de Seattle lui donne le droit de mener une politique étrangère distincte (mais non opposée) de celle de l'administration fédérale, notamment par l'envoi d'ambassadeurs essentiellement dans la ceinture Pacifique, ainsi qu'en Amazonie et vers les pays de la NCEE.

Récemment cependant, la position du concurrent du camp démocrate est mise à mal pour diverses raisons, dont :

L'espionnage des locaux par une bande de plombiers ayant finalement évoluée en prise d'otage de plus de six heures, jusqu'à l'intervention du SWAT (la section d'assaut de la mégacorp Lone Star). Bilan : 5 "plombiers", quatre civils, un agent du SWAT et deux esprits sont laissé sur le carreau.

Le lendemain, l'affaire dégénère en scandale Blueshift après la révélation de l'identité desdits plombiers : ces individus étaient tous des citoyen-employés (quelle différence pour une AA ?) proches de ou à la retraite de la Lone Star. Ces types arrondissaient leurs fins de mois en travaillant dans le privé, mais en détournant les moyens de la 'Star à leur profit.

Quelques jours plus tard, la démission sauvagement médiatisée et inattendue de l'une des têtes pensantes du think tank DP 67 affilié au camp démocrate, Richard Bancroft. Bien que non lié à la prise d'otage (Richard Bancroft était tout de même du nombre de otages), l'interview sauvage -volé diraient certains- est diffusé par NewsNet Seattle. Le siège de Bellford House commence et le soir même, R. Bancroft fait une déclaration publique, sur son perron.
« Modifié: 10 janvier 2010, 15:27:28 par Vinci² »
"Clark…in all the years to come…in your most private moments…I want you to remember…my hand…at your throat…I want…you to remember…the one man who beat you."  - Batman to Superman, The Dark Knight Return 

Hors ligne Vinci²

  • Favori de Proserpine
  • *****
  • Messages: 1353
Re : Shadowrun 4 : Think Tank
« Réponse #2 le: 10 mars 2009, 20:22:34 »
SEATTLE, 16 avril 2070


L'affaire, du point de vue des runners, débute avec la mort de Richard Bancroft, dans la nuit du 15 au 16 avril, dans sa villa de Juanita Bay (Bellevue, AA). R. Bancroft était l'un des particuliers sans affiliation corporatiste les plus fortunés de Seattle (7e en 2061, 39e en 2070). Il était en outre propriétaire (à 100%) d'une entreprise medtech sur laquelle il a bâti sa fortune personnelle : Knox Medtech. En outre, c'est un genocrate : un individu qui bénéficie de manière régulière de techniques de prolongation de la vie/jeunesse (deux choses différentes, cf Augmentation).

Les personnages débarquent de nuit, à Bellford House, propriété jouxtant le Lac Washington. Il y a pas mal de monde dans le parc : drones Fly Spy, employés de la Knight Errant Security Service. Leur employeur potentiel (en d'autres termes, le Johnson) les attends dans un Ares Humvee Civic.

Il s'agit d'une drow, un métavariant elfe. Elle porte un tailleur gris anthracite. Elle est agréable à regarder, agréable à entendre -peut-être du fait d'agents biochimiques favorisant ces réactions chez les mâles alpha.

Vous m'avez été conseillé par une connaissance commune. Le critère à semble t-il été le fait que contrairement à bon nombre de... mmmh... gens dans votre branche, vous n'êtes pas forcément spécialisés dans les... dommages organiques excessifs.

L'un de mes clients est mort dans des circonstances extrêmement violentes ici même, dans sa propriété. Mon employeur désire que vous meniez une investigation afin de connaître les tenants et les aboutissants de cette horreur (h minuscule, private joke). Il désire savoir comment, qui et pourquoi cela est arrivé. Nos programmes experts légaux nous assurent que de par la personnalité de la victime, la Lone Star sera assurément dessaisie de l'affaire, qui sera confiée au bureau fédéral des UCAS. En d'autres termes, nous désirons que vous mettiez votre mobilité et votre manque de respect habituel envers la législation à notre service.

Je vous engage pour une période d'une semaine avec une option de renouvellement si nécessaire.  Durant cette période je prendrais en charge toutes les dépenses justifiables liées à votre enquête, dans la mesure du raisonnable. Vous logerez dans un hôtel de notre choix pendant la durée de l'opération : il est hors de question que vous vaquiez à votre de vie quotidienne pendant sa durée.

Je vous propose 40.000 nuyen, 20.000 immédiatement, dans la devise non-corporatiste de votre choix, par virement direct unique auprès de la Hildebrandt-Kleinfort-Bernal Financial Service. Pour ce qui concerne les dépenses justifiables, une ligne de crédit est ouverte sous une (de vos) identités, auprès des même services.

Acceptez-vous ?


Oumon Prescott se présente comme la représentante légale du couple Bancroft. Elle précise que la mort remonte à une petite heure, et que leur employeur est en fait Mme Miriam Bancroft, épouse du défunt. Pour l'instant, seul les proches présents à Bellford House et le service de sécurité de la demeure sont au courant de la catastrophe. Elle sera tenue d'en informer la Lone Star d'ici un délais d'une heure : l'épouse de R. Bancroft aura déjà bien assez de mal à expliquer pourquoi elle n'a pas appeler les autorités plus tôt. En d'autres termes, les personnages ont une fenêtre de 45 minutes pour voir ce qu'ils ont à voir ; après, c'est au tour de la cavalerie.

Les personnages disposent d'une suite louée au nom (unique) de leur choix à l'hôtel Prospero, situé dans Black Diamond, un quartier du district municipal d'Auburn.

Les personnages quittent le humvee, passent les scanners serrés des types de la KE et son accueillis par trois individus : deux domestiques synthétiques et un elfe répondant au nom de Gerald Tyler : le chauffeur  de R. Bancroft. L'elfe est dans tous ses états...
« Modifié: 30 avril 2009, 13:01:37 par Vinci² »
"Clark…in all the years to come…in your most private moments…I want you to remember…my hand…at your throat…I want…you to remember…the one man who beat you."  - Batman to Superman, The Dark Knight Return 

Hors ligne Vinci²

  • Favori de Proserpine
  • *****
  • Messages: 1353
Re : Shadowrun 4 : Think Tank
« Réponse #3 le: 10 mars 2009, 21:13:11 »
Richard Bancroft

> Né en 1980.

> Officier dans l’armée US au cours des opérations de la guerre de la Danse Fantôme. Ils conservaient d'ailleurs sous vitrine certaines antiquités. C'est avec une de ces grenades qu'il semble s'être donner la mort.

> Épouse l’actrice Miriam Bonell en 2028. 

> Mécène du parti démocrate de Seattle depuis 2060.

> Membre du DP 67 depuis sa fondation (2067), un think tank du parti démocrate chargé des analyses statistiques, de la stratégie de communication et des sondages d'opinion.

> 7e fortune non-corporatiste de Seattle en 2061, 39e en 2070. Sa fortune personnelle est issue de ses placements hautement spéculatifs (d’une part) et de la possession à 100% de Knox Medtech (d’autre part). Entreprise (non gradée) de sous-traitance pour l'industrie medtech. Elle conserve pour le compte de corporations comme Doc Wagon ou CrashCart les données médicales des clients. En d'autres termes, Knox Medtech est un coffre-fort : apparemment il est plus rentable pour les compagnies suscitées de sous-traité la conservation des données génétiques de certains de ses clients. La directrice de l’entreprise est Diana Weezer.

> R. Bancroft et son épouse furent les pionniers de l’utilisation de techniques de préservation de la jeunesse cellulaire, la très coûteuse léonization. Actuellement clients de Eugenia Corp Center Seattle (filiale de Universal Omnitech, AA) pour ce qui concerne ce traitement. Son épouse dispose en outre de la double nationalité UCAS/UO ; elle est l'une des idoru de la firme et est sous contrat publicitaire avec elle.

> Le couple possède une villa, Bellford House, dont la sécurité est assurée par Knight Errant Security Service (leader mondial de la sécurité multi-rôle). Située à Juanita Bay (Bellevue, Seattle, UCAS). En possède une autre à Washington DC (UCAS).

> Récemment (3 avril), Richard Bancroft a été pris en otage dans les locaux du think-tank démocrate. Il a s'en est sorti indemne.

> Démission médiatisée du think-tank : interview sauvage d’un freelancer dans le parking souterrain DP 67, revendu à NewsNet Seattle dans la foulée (7 avril, après-midi). Selon le freelancer, des "rumeurs" laisseraient entendre une mésentente entre les membres du DP. Bancroft perd totalement son sang-froid et laisse tomber : "Il n'y a pas de mésententes. Il y a un conflit."
Le soir même une conférence de presse est improvisée (7 juin, soirée) sur le perron de sa demeure de Bellford House, assiégée par les journalistes. Il annonce (plus serein) sa volonté de se consacrer désormais "à sa famille et à son entreprise" mais qu'il reste démocrate "jusqu'au bout des ongles".

> Client du cabinet d’avocat Prescott, Forbes & Hernandez pour ce qui concerne sa vie privé.

> Deux enfants : Cynthia (56 ans, employée à l'hôtel de ville) et Naomi (21 ans, étudiante en théorie magique à UCLA, Los Angeles, CCP).

> Finance diverses œuvres caritatives, dont la Homeless Society, le CMA, ou divers fonds de recherche médical, dont le département psychiatrique de l'Overlake Medical Research Center.

> Opposé à la résolution 653, visant à tagger les SIN des victimes de désordres psychologiques graves, notamment et prioritairement les AIPS.
« Modifié: 17 avril 2009, 19:16:50 par Vinci² »
"Clark…in all the years to come…in your most private moments…I want you to remember…my hand…at your throat…I want…you to remember…the one man who beat you."  - Batman to Superman, The Dark Knight Return 

Hors ligne Vinci²

  • Favori de Proserpine
  • *****
  • Messages: 1353
Re : Shadowrun 4 : Think Tank
« Réponse #4 le: 10 mars 2009, 21:50:55 »
Bellford House

" La sécurité, dans notre monde, a pour prénom l'argent. Hors de l'argent, point de salut. "
 - André Pronovost -

>   Propriété + villa + marina privée sur le Lac Washington (présence d’une vedette rapide et d’un monocoque). Un hélipad (mais pas d’hélicoptère/VTOL).
>   Indices de Niveaux de vie : Comfort 5, Neigborhood 6, Entertainment 5, Necessities 5, Security 6. Niveau de vie global : Elevé

Les lieux, selon l'observation des runners et les explications de Tyler ou de B. Jackson :

Sécurité de la propriété
>   Couverture policière (LSSS) habituelle dans le quartier environnant de Juanita Bay (AA).
>   En permanence entre 4 et 10 agents de sécurité, suivant la présence ou non des propriétaires dans la demeure et le moment de la journée. Equipés d’inducteurs de douleur, d’Ares Predator IV* et de systèmes de vision divers (dont interface visuelle et vision nocturne).
>   Un coordinateur de la sécurité de KE présent sur site est en connexion matricielle permanente avec le service client de Knight Errant Seattle. Le 15-16 avril, il s’agit de Bruce Jackson (citoyen Ares, troll).
>   Quatre escouades d’une vingtaine de drones Fly Spy se relayent toutes les six heures. En liaison avec les vigiles.
>   Un réseau de 14 caméras à champ large surveillent la propriété. Six sont dissimulées dans l’environnement. En liaison avec le coordinateur sécurité et les occupants de la propriété.
>   Trois esprits liés sont en permanence en patrouille astrale. L’invocateur est un mage de sécurité de la KE (non présent sur place). Ils ont pour consigne de se manifester au moindre intrus, d’alerter la sécurité métahumaine, et éventuellement de neutraliser les intrus en matérialisant physiquement.

* Le flingue lourd emblématique du jeu dans sa quatrième variation. Il ressemble à celui de Robocop (le film).

Sécurité de la villa
>   Fenêtres (opacification de série) et dotées de dispositifs anti-écoute électronique. Munies d’alarme anti-effraction.
>   Six domestiques synthétiques ; connectés au nexus domotique de la demeure. Au besoin, ils sont équipés d’armes cybernétiques implantées (calibre de PM).
>   Pas de caméras à l’intérieur de la demeure, ni de vigiles (hormis les domestiques eux-même), mais possibilité de visionner ce que transmettent les caméras fixes de la propriété (pas les drones).
>   Deux panic-room (1st & 2nd floor) en connexion cablée avec la Lone Star et Knight Errant. Capables de résister à une explosion atomique. Toutes contiennent deux semaines de nourriture pour une petite famille.
>   Possibilité d’isoler physiquement la demeure de l’extérieur via un Panic-Button activant la descente de grilles de sécurité devant les portes/fenêtres (cf le film Otage, avec B. Willis).

Sécurité matricielle
>   Assurée par KE.
>   Système aux normes de ce que l’on est en droit d’attendre d’une résidence dotée d’indice de Sécurité Elevé. Une vérification journalière des logs de connexion est effectuée par le service client de KE, à la recherche d’intrusions ou de back doors.
>   Le bureau de R. Bancroft est cependant déconnecté du serveur domotique de la villa et totalement isolé de la Matrice wi-fi (cage de Faraday). Le seul point d’accès depuis l’extérieur s’effectue via la passerelle menant à Knox Meditech, l’entreprise de R. Bancroft. Malgré les conseils de son prestataire de service de KE (-> faiblesse dans la sécurité de leur point de vue), il a tenu à conserver un système de bureautique gérer par ses employés de Knox Meditech.

Sécurité personnelle de R. Bancroft
>   R. Bancroft est protégé en règle général par un rotodrone moyen de sécurité. Ce dernier possède un habitacle de déploiement à l'arrière de la berline, en général conduite par Tyler.
>   Que ce soit lors de ses séjours à Eugenia Corp Center, dans les locaux du DP 67 ou à Knox Meditech, il est tributaire de la sécurité des lieux. R. Bancroft n'a jamais fait appel à une police de sécurité spécifiquement rattachée à sa personne (du moins pas avec Knight Errant).
>   R. Bancroft n'a, aux dires de Oumon Prescott, jamais fait mention d'ennemis ou d'opposants particuliers. Bien entendu, lorsque l'on est SINer et fortuné, on attire forcément la haine/convoitise. Les dernières menaces directes remontent à des années, du temps où la léonisation (et les traitements à base de thérapie génique en général) était perçue comme une sorte de d'ingérence dans les lois divines, par certains groupes religieux.

Le corps
>   Dans son bureau ; la porte a été ouverte de force par les vigiles.
>   Mort la tête et le cou déchiqueté. Des éclats d’ossements, de dentition et de neuroware sont incrustés dans l’environnement. Le reste du corps est calciné et tout indique que l’épicentre de l’explosion était la tête.
>   Le cadavre est vêtu d’une simple robe de chambre. L’examen du corps –jeune, la vingtaine- indique la présence d’un minuscule tatouage translucide mentionnant "R. Bancroft, Universal Omnitech, Eugenia Corp Center 30/03/2070. Ainsi qu’un numéro de client. Cela ressemble aux données fabriquant ou de révision que l’on trouve sur tout cyberware/bioware (d’origine légale et traçable bien entendu).
>   Selon, B. Jackson un explosif a été utilisé. Ce dernier fait remarquer qu’une grenade EX (hautement explosive) est manquante dans la collection privée de Bancroft.
>   Aucune trace d’effraction. La fenêtre a tenue bon –aucune trace d’entrée de projectile, ni de sortie. Elle était opacifiée au moment où les vigiles ont forcées la porte (la plupart des fenètres de niveau de vie Moyen+ sont opacifiables de série dans le Sixième Monde).
>   Différents ustensiles métalliques ont été retrouvé dans le micro-onde de l’autocook –entassés à la hâte.
>   Aucune trace de commlink –les personnages apprennent que R. Bancroft était équipé, entre autre, d’un commlink cephaloware interne.

Les enregistrements de Knight Errant
> Les personnages mettent la main sur les enregistrements de la sécurité de Bellford House (les caméras et les drones du parc). Une copie sur puce optique est remise au groupe par B. Jackson.
> R. Bancroft rentre en voiture à Bellford House vers 23 : 15. Tyler est le chauffeur. Comme d'habitude, le drone de sécurité rapproché est avec Bancroft. Il rentre immédiatement à l'intérieur. Tyler conduit le véhicule au garage.
> A 23 : 30, il sort de la maison et se rend au garage en robe de chambre. Il demande à Tyler de 1. préparer la voiture pour demain, 7:00 et 2. de s'arranger pour louer une crèche d'immersion virtuelle publique dans un "cybercafé" de l'Aztechnology Mall Center. Les runner remarquent (avec des arrêts sur image, des dispositifs de nettoyage etc...) que Bancroft parait nerveux. Ses mouvements et sa diction est saccadée.
> Il retourne immédiatement dans la demeure.
> A 23 : 53, les vigiles de KE entrent en alerte : une détonation a été entendue au premier étage.

Journal des appels entrants/ sortants
>   R. Bancroft à reçu un appel une demi-heure avant la détonation fatale. L’appel à été enregistré. On entend un souffle à l’autre bout de la ligne, mais pas un mot. Puis une musique démarre. Après identification, il s’agit d’un extrait de la bande sonore d’une vieux film érotique bidim des années (20)20, The Pleasure Dome, dont l’une des actrices était Miriam Bonell. En fond sonore : un bruit de machine à sous, ou de kermesse.
>   Quelques trois minutes avant la mort, Bancroft passe un coup de téléphone.
- Allô ? (voix masculine, plutôt juvénile)
- Je... crois qu'on m'a eu... j'... (voix de Bancroft paniquée puis, changement de ton significatif) ... vais en finir...
- Restez calme, Richard. Dites-moi EXACTEMENT ce qu'il se passe. Richard ? Allô ?
Connexion coupée, le système du bureau n'est plus en relation avec le 'link de Richard Bancroft.

Filature

> Vers 3 : 00, les personnages sont dans un petit restaurant potable d'International District. Ils apprennent que les médias sont désormais autours de Bellford House. La mort de Bancroft est donc désormais un fait connu. L'un des runners s'abonne à ce flux d'information spécifique.
Après avoir refusé la proposition d'un dealer de BTL par dissémination directe (sous format logiciel et non sur support de puce), les personnages mettent les voiles.

> Les runners sont filés par un groupe de... gens alors qu'ils sortent d'un petit restaurant dans International District (DownTown). Certains parviennent à inverser les rôles et prennent en chasse les fileurs, avec des réussites variables. Au final, deux d'entre eux sont capturés, ligotés et interrogés par le groupe sur les berges du Lac Washington. Après persuasion, ils révèlent :

- Qu'ils bossent pour un commanditaire. Ils ne savent pas qui c'est mais c'était un minotaure (métavariant troll, essentiellement grecs). D'ailleurs, eux-même ne se connaissent pas : ce sont des SINless et seul l'un d'entre eux possède une fake SIN qui tenait à peu près la route (mais il a été arrêté par la Lone Star dans International District).

- On leur a filer quelques billets verts (i.e. 500 UCAS dollars, monnaie physique) pour suivre Bancroft depuis cet après-midi (14 : 00) à sa sortie d'un restaurant jouxtant Rutherford Plaza, le quartier général de campagne du camp indépendant. Ils devaient appeller toutes les heures afin de faire un rapport, en l'occurence à qui il parlait, ce qu'il faisait etc...

- Ils lui ont filer le train toute la journée, jusqu'à ce qu'il sorte de Knox Meditech (18 : 00) et se rende à Urbline Service. Ils l'on perdus dans l'aérogare, aussi ont-ils décidé d'attendre : la voiture et le chauffeur restent sur le parking et ne bougent pas d'un pouce. Vers 22 : 45, Bancroft sort de l'aérogare, toujours sous escorte de son robot et monte dans la voiture.

- Vers 23 : 15, il rentre à Bellford House.

- Ils ont assité à l'arrivée des renforts de KE, de Prescott puis des runners. Ils en ont fait par au minotaure -leur employeur, qui leur a dit d'essayer de savoir ce qui se passe à Bellford House. Ils tentent de glaner quelques informations, mais n'arrivent à rien : on ne plaisante pas avec Knight Errant.

- Après le départ des runners, ils reçoivent pour consigne de les suivre afin de voir ce que l'on peut apprendre sur eux. Ce qu'ils ont fait : deux se sont chargés de filer l'Eveillé elfe (Pierre) jusqu'à chez lui, une autre s'est chargé du second Eveillé ork (Fred). Le quatrième s'est contenté de suivre le véhicule de l'Eveillée ork (Cédric). Enfin le dernier  file le train des deux humains (CE et Cédric K.), à pied à travers International District.

Les personnages demandent le numéro de téléphone de leur employeur. Ils ne se font pas prier et les runners composent le numéro. Une voix grave répond ; un minotaure, probablement. La conversation s'arrête là (avec quelques insultes en plus).

Interlude : Une bande de cinq jeunes hommes (moyenne d'âge : 17 ans) portant la défroque de fanatiques de l'Humanis passent par là, pendant l'interrogatoire. Ils sont en quête de victime métahumaines à .... Ils sont abattus par certainbs membres du groupe.

16 avril, 6 : 00, les runners rentrent... chez eux.
« Modifié: 17 avril 2009, 19:18:03 par Vinci² »
"Clark…in all the years to come…in your most private moments…I want you to remember…my hand…at your throat…I want…you to remember…the one man who beat you."  - Batman to Superman, The Dark Knight Return 

Hors ligne Cedric

  • Cédric K.
  • Administrator
  • Favori de Proserpine
  • ******
  • Messages: 1310
Re : Shadowrun 4 : Think Tank
« Réponse #5 le: 25 mars 2009, 10:15:39 »
Pas ici non... en ON a même fait pire que supprimé mon méssage!! on l'a modifier PUIS supprimé du coup il est definitivement perdu!!!

 ;D
Il y a 10 types de personnes dans le monde, ceux qui comprennent le binaire et les autres.

Hors ligne Vinci²

  • Favori de Proserpine
  • *****
  • Messages: 1353
Re : Shadowrun 4 : Think Tank
« Réponse #6 le: 05 avril 2009, 20:34:05 »
16 avril 2070

Certains des personnages rentrent chez eux se coucher. D'autres font quelques recherches sur la Matrice ou via leurs relations, les yeux fatigués. Au final, vers 12h-13h. La plupart sont debout et prennent contact par conférence téléphonique.

Interlude :
> Pluie acide (liée aux rejets sporadiques du Mont Rainier, tout proche) sur le 'plexe en milieu d'après-midi jusqu'à 2h du mat'.
> INFO FLASH : les corps de cinq adolescents ont été retrouvés sur les berges du lac Washington. Le père de l'un d'entre eux fait pleurer dans les chaumières et le policlub Humanis se joint à sa douleur en offrant une prime pour toute(s) information(s) pouvant faire avancer l'enquête. La Lone Star avoue avoir de bonnes chances d’arrêter le (s) meurtrier (s) : l'une des victimes possédait une paire de cyberoptiques. Or tous les remplacements complets disposent d'une unité d'enregistrement visuelle de série...
L’un des runners laisse entendre qu’il faut désormais penser à arracher les yeux cybernétiques des victimes collatérales (sic !). Le MJ se dit qu’en à lui qu’une cagoule ou un masque d’ancien président peut aussi bien faire l’affaire…

> Du point de vue de la mort de R. Bancroft, l'autopsie débute ce matin (une boite spécialisée s'en charge).

1. L'agenda officiel de R. Bancroft
Cet agenda est simplement la dernière mise à jour de celui qu'il distribuait chaque début de semaine à ses proches et collaborateurs. Les corrections pertinentes étaient mises à jour en temps réel.
Les personnes bénéficiant de ces copies étaient : M. Bancroft, les deux enfants du couple, Diana Weezer, Tyler et la plupart des dirigeants exécutifs de Knox Meditech (une douzaine de personnes).

Le véritable agenda personnel -si R. Bancroft en avait un- devait se trouver dans le 'link interne de R. Bancroft. Ce dernier a été anéanti par l'explosion de la grenade HEX. Il y a peu de chances que les experts du FBI arrivent à en tirer quoique ce soit.

-> De manière générale, les personnages remarquent que l'emploi du temps de cette dernière semaine a été profondément chamboulé. Des RDV professionnels qui sautent, des obligations et des entrevues sont passés à  la trappe. En définitive, l'emploi du temps parait haché et laisse libre des tranches horaires de quelques heures, de manière aléatoire.
 
2. Les notes de services entre R. Bancroft et Knox Medtech
La plupart des échanges sont de nature professionnels : des RDV, des diners d’affaire, des messages de ses courtiers etc… L’un d’entre eux parait cependant tout à fait intéressant.

Une note de service émanant de Diana Weezer. Elle mentionne une tentative d’effraction matricielle à Knox Medtech le 10 avril à 3 : 07. La passe à durée quelques secondes (temps objectif) pendant lesquelles les CI sont parvenues à ralentir l’intrus suffisamment longtemps pour que le nexus de Knox Medtech coupe ses ports d’entrée/sortie. L’analyse de la progression de l’intrusion laisse à penser qu’elle visait à accéder à la passerelle de Bellford House avec un accès administrateur.
Elle mentionne qu’aucune donnée monnayable de Knox Meditech n’a été dérobée ou altérée. Les intrus ne se sont pas « approchés » des passerelles conduisant aux réseaux des clients de Knox Medtech (Crash Cart, Doc Wagon, Red Star…). Il ne s’agit pas d’un cas d’espionnage industriel, mais plutôt d’une atteinte à la vie privée.
Elle propose de déposer une plainte. Bancroft refuse, mais lui demande de mener ses propres investigations. Il lui propose d’embaucher quelqu’un afin de remonter le fil de l’intrusion. Elle propose le nom d’une connaissance de son mari, un certain Jet Lag. Un ancien informaticien de chez Federated Boeing ayant "malheureusement" basculé SINless.

Le matin du 14 avril, elle transmet vers Bancroft (depuis chez elle) et lui annonce qu’elle a des infos. Cependant, elle désire les filer disons, de vive voix. Elle propose de se rencontrer dans son bureau à Knox Medtech.

Elle meurt dans un accident de voiture, broyée par un camion poubelle (déclaré) volé de Eta Engeneering.

3.Les AIPS (Artificially Induced Psychotropic Schyzophrenia)
Traduction française : SIPA, pour Schizophrénie Induite par Psychotrope Artificiel

Les runners trouvent divers sites spécialisés sur la question, y compris des séminaires de sensibilisation aux AIPS à destination des familles des personnes atteintes. Mais, plus intéressant, ils trouvent une interview accordée par un certain Dr Pierce à une chaine locale, et à une heure de faible écoute. Il s'agit d'un spécialiste des pathologies émergentes, dont la très rare maladie de Merlin (d'origine magique) ou les plus fréquents AIPS (d'origine artificielle).

La version longue est disponible (en pay per review), mais voici la version courte:

Les AIPS sont une maladie émergente étroitement liée aux évènements de 2064. Au plus fort du Crash 2.0 une part difficilement estimable de la population était connectée à la Matrice. Parmi les survivants de l'effondrement du cyberespace, certains (pas tous) ont développé des troubles du comportement divers. Ce syndrome a frapper toutes les couches sociales, tous les métatypes et toutes les origines ethniques. Statistiquement cependant, peu d'Eveillés (i.e. individus capables de canaliser le Mana) ont été affectés.

Parmi elles, les victimes d'AIPS, qui sont au nombre de 1 pour 5000 victimes du Crash d'après une étude récente, sont les plus connues. Elles sont sujets à des désordres multiples, dont le déficit d'attention, le dédoublement de la personnalité, la maniaco-dépression et l'amnésie hystérique sont les symptômes communs. Enfin, la forme la plus spectaculaire consiste en de rares cas d'AVSP (augmented virtual sensory perception). Ces épisodes peuvent être décrits comme des crises d'effets électrokinétiques d'amplitude variées, couplé à des crises d'AIPS normaux.
L'hypothèse que soutien le Dr Pierce est que dans certains cas le choc traumatique du Crash aurait induit des altérations du métabolisme et du système nerveux. L'activité cérébrale des patients observés à ce jour montre des caractéristiques de sommeil paradoxal profond, ou comme l'a suggéré un analyste, la phase d'apprentissage d'un enfant. Les recherche indiquent que les changements produisent une sensibilité subconsciente aux émissions radio électromagnétiques, ce qui déclenche des vagues d'endorphine.

Les cas les plus sévères d'AIPS (qu'ils soient ou non sujets à des AVSP) s'acheminent vers un état catatonique couplée à l'incapacité à se situer dans l'espace et le temps. A ce jour, six ans plus tard, ces patients sont incurables : les traitements par psychochirugie sont inéfficaces (et dangereux pour le patient). Les spécialistes se rabattent donc vers les traitements chimiques traditionnels et/ou magiques (via des sorts de Sonde Mentale). Les rares rémissions n'ont été, toutes, que temporaires.

Un nombre difficilement appréciable de patients ont été placé dans des centres de soin de longue durée. Du moins pour ceux qui disposaient d'un environnement familial suffisamment fortuné.

Les autres, comme les SINless par exemple, tout le monde s'en fout.

Jet Lag
Union Station. L’entrevue à lieu sur le quai du monorail de Seattle. Le hacker (un vieux de la vieille qui a connu l’ère des deckers) est assis sur un banc, mange un sandwich tandis qu’un mini-drone de surveillance FlySpy vole au-dessus de sa tête. Il porte un tee-shirt "Ne vous leurrez pas. La taille compte. ARES Arms, Big guns for big people...."
Selon lui, l’intrusion, bien que reroutée, émane… des environs du DP 67. Jet Lag ne voit pas d’objections à délivrer l’information : c’est le contact d’un des runners, et en outre Weezer est morte.

Hôtel Prospero
Situé dans Black Diamond, un quartier d’Auburn, le Prospero ne semble pas avoir évolué avec le reste du bâti du quartier (murs intelligents, holopubs, marqueurs RFID en pagailles qui diffusent tout et n'importe quoi...). Il a garder une allure fin du 20ème siècle quelque peu antique.

Les personnages s'approche de la borne encastrée dans l'un des murs extérieur. L'écran s'allume.

« Boujour monsieur. Bienvenu à l’hôtel Prospero, établis en 2057, mis à jour en 2068 et toujours en activité. Que puis-je pour vous ? »
« Réservation effectuée par entité morale cabinet Prescott, Forbes et Hernandez. La suite Watchtower vous est réservée pour une durée de 7 jours et 7 nuits depuis le 16 avril à 0:12. Trois chambres, 8.37 m par… »

> Possède un bar et un restaurant (fermé pour travaux)
> Il ne semble pas y avoir le moindre client. Le personnel est composé de drones dont aucun n’est anthropomorphe et/ou synthétiques.

Lorsque les personnages entrent dans le hall d'hôtel, trois faisceaux s’activent constituant l’interface interpersonnelle de l’hôtel, en l’occurrence l’hologramme trideo d’un homme (puis, plus tard, d'une femme). La résolution est correcte dans la moyenne de ce que l’on peut trouver ailleurs, ou dans la RA. Il guide les personnages jusqu’à la suite, située au 5ème étage. L’hôtel est truffé de micros et de caméras (à l’exception de la douche), et de projecteurs holo, permettant au programme expert de l’hôtel d’agir de manière optimale vis-à-vis des clients.
L’ensemble est d’un niveau correct quoiqu’un peu dépassé du point de vue du standing.

Compte en banque de R. Bancroft
M. Bancroft peut obtenir une copie des mouvements bancaires de son époux -tant pour le FBI que pour les runner.
Chaque premier du mois (sauf les trois mois de cure), livraison à Bellford House de sommes d'argent en liquide (l'équivalent de 20.000 n¥ en UCAS Dollar).
→ Virements chaque année d'une somme variant entre 450.000 et 1.000.000 n¥ à Eugenia Corp UO
→ Dons réguliers au fond d'aide au survivants du Crash. Ces dons coïncident avec les campagnes de collectes de fonds trimestrielles.
→ Virements mensuels de 5000 n¥ à l'Overlake Medical Research Center.
→ Virement au parti démocrate (au début de la campagne) de plusieurs millions de n¥.

Le 13-15 avril, il s’avère que R. Bancroft à effectuer plusieurs opérations bancaire visant à débloquer des fonds importants.

Eugenia Corp Universal Omnitech

« L'organisme humain; unique dans tout l'univers pour sa complexité. Fruit de trois milliards d'années d'évolution. Parfait en toute chose. Sauf une : comme toute machine, il s'use. »
- The Island -

La clinique Eugenia se trouve dans l'un des secteurs les plus surveillé de Seattle : Magnolia Bluff. Plus qu'une clinique il s'agit d'un centre récréatif où le culte du corps est érigé en institution, à destination des citoyens et des employés de la corporation. Les non citoyens UO doivent s'acquitter de lourds frais d'ouverture de dossiers.
Inutile d'espérer entrer ici dans des « vêtements » populaires ou de style baroudeur –même discrets (genre Urban Explorer). Ce qui passe dans International District est regarder ici comme inapproprié. Les vêtements standards sont de rigueur (les vêtements renforcés 4/0 peuvent passer) : la majorité des visiteurs/clients sont des familles ou des couples.

L'accès est restreint. Tous les SINless sont systématiquement éconduits. Des portiques de sécurité magnétiques filtrent le passage à la recherche d'armes et de cyber-implants dangereux. Les personnages accèdent à une gigantesque rotonde sur plusieurs étages ; au milieu du puits de lumière se trouve un arbre gigantesque maintenu en suspension (sort de Lévitation lancé rituellement) sans doute prélevé dans les grandes réserves au nord de Free Cal, à la frontière -tendue- avec le Tir Tairngire. Un restaurant diététique a été construit à l’intérieur du tronc.

L'espace intérieur est réservé aux expositions, aux salles d'attente, ainsi qu'à un café. Tous les visiteurs sont accueillis par une tridéo géante projetée sur le dôme, où se succèdent les visages et corps régénérés ou biosculptés de plusieurs clients. Tous apportent leur témoignage, et au final ces milliers de vidéo forment le logo d’EC. Les personnage aperçoivent furtivement la plastique de Miriam Bancroft parmi les témoignages.

Les personnages doivent inscrire une de leurs SIN en tant que visiteur de l'institut et s'acquitter de formalités :
---> Vérification de la solvabilité bancaire (8 dés de vérification de SIN).
---> Le règlement de frais d'ouverture de dossiers selon la grille tarifaire suivante :
- 860 nuyen pour les particuliers lambda (SINer)
- Gratuit pour les citoyens de la business-nation Universal Omnitech
- 220 nuyen pour les employés non-corporatistes d'UO ou de l'une de ses filiales).
---> Un entretien avec un chargé de clientèle (optionnel).

Une fois ceci fait, ils peuvent éventuellement assister à l'une des trois visites journalières du centre, menées par un guide en téléprésence. Si les personnages évoquent clairement qu'ils viennent de la part de M. Bancroft, la manœuvre s'accélère.

Richard Bancroft est suivi par deux spécialistes : un biotechnicien (spécialité : nanotech) et un psychochirurgien (spécialité : thérapies virtuelles). Seul le biotechnicien est physiquement présent à Seattle. Le psychochirugien opère depuis Oslo.
Info : Oslo (Norvège, Union Scandinave) est à l'Europe ce que Chiba (Japon) est au reste du monde : le temple des cliniques cyber et biotech de pointe.

Ce que peut apprendre le biotechnicien
La léonization est une forme de thérapie génique mêlant la genetech et la nanotech. L'écrasante majorité des clients sont des citoyens corporatistes, ou des fortunes du monde -profil client qui n'est pas propre à UO : toutes les entreprises proposant ce service visent les même cibles.

Des différentes formes de prolongation de la vie cellulaire, il s'agit de la plus spectaculaire -et la plus coûteuse : il faut compter plusieurs centaines de milliers de nuyen par séance, sans compter les réglages réguliers. Il s'agit de restaurer ou booster un profil génétique, sans provoquer forcément d'altérations exogènes. Concrètement, le traitement provoque un reset des mécanismes physiologiques régissant le vieillissement, au terme de mois passé en cuve de décantation. Bien entendu, les genocrates fortunés restent connectés à la Matrice pendant ce processus, leur permettant ainsi de gérer leur royaume depuis la « fontaine de Jouvence ».
Des check-up sont nécessaires tous les mois, et un nouveau traitement est requis tous les trois mois.

Ce que peut apprendre le psychochirugien
Les personnages ne parviennent pas à gagner la confiance du psychochirugien traitant de R. Bancroft.

Aspects physiologiques (rapport du biotechnicien)
---> Lente détérioration cellulaire. Le médecin estime que R. Bancroft commence à rejeter le traitement. Selon les estimations, la phase critique devrait intervenir d'ici une centaine d'années. Le biotechnicien a révélé ce diagnostique il y a un an.
---> M. Bancroft semble admettre le fait avec une certaine sérénité, précisant qu'il est en train des dispositions afin que « ce qu'il a construit survive à sa mort ».
---> M. Bancroft est sorti de cuve le mois dernier.

Urbline Service

L'aérogare ressemble à un annulaire franchement mal famé, dont la façade est parcourue d'holopubs bon marchés. Une fois à l'intérieur :
- Des individus ou des groupes louches.
- Des bornes d'information et des photomatons.
- Un robot de nettoyage immobilisé au milieu de la salle. 'doit faire des lustres qu'il est tombé en panne.
- Cinq guichets, tous ouverts mais dont seul un possède un préposé métahumain : les autres sont des robots anthropomorphes. Ils saluent chaque nouveau client avec la même formulation standard et le même jingle Urbline. L'ork derrière son guichet quand à lui semble avoir connu des jours meilleurs : doit pas être simple de bosser avec des machines.
- Enfin, trois escalators et deux ascenseurs (dont un en panne) conduisent vers les quais d'attente des taxis. Les escalators sont particulièrement lents -suffisamment pour qu'il soit possible de lire toutes les mentions légales des holopubs avant d'arriver en haut.
- De nuit, les fleurs des trottoirs sont de sortie et vantent leurs tarifs à grand coup de pancartes holo, tandis que leurs macs diffusent leur malware publicitaire dans la Réalité Augmentée. Considérez ceci comme une intrusion « on the fly » d’un malware d’indice 3.

Escorte armée
> Les personnages apprennent que Bancroft se rendait souvent à Urbline et qu'il rencontrait des types louches dans le hall d'acceuil. Ils embarquaient à bord d'un autogyre.
> Les personnages comprennent qu'il s'agit d'un service confidentiel de taxis clandestins proposant des escortes armées à même de déposer certaines personnes dans des endroits du 'plexe où il n'est pas sain de se rendre quand on est une des fortunes de Seattle.
> Les personnages paient les types (200 nuyen par personne, en UCAS Dollars) afin qu'ils les conduisent en autogyre jusqu'à Redmond, sous un échangeur : le Jerry's. L'autogyre semble armée et pilotée par un rigger. Le tout sous escorte de deux drones volants moyens équipés de mitrailleuses.
« Modifié: 09 mai 2009, 18:16:35 par Vinci² »
"Clark…in all the years to come…in your most private moments…I want you to remember…my hand…at your throat…I want…you to remember…the one man who beat you."  - Batman to Superman, The Dark Knight Return 

Hors ligne Vinci²

  • Favori de Proserpine
  • *****
  • Messages: 1353
Re : Shadowrun 4 : Think Tank
« Réponse #7 le: 05 avril 2009, 20:40:30 »
Jerry’s Closed Quarter

> Le Jerry's est un "centre récréatif" du Yakuza situé en bordure de Touristeville (Redmond).
> Géré par Jerry, l'un des rares coréens encore vassal des Yak's.
> La sécurité extérieur est assurée par des gros bras faisant fonction de videur et un drone de combat au corps-à-corps ressemblant à une pieuvre. A l'intérieur, des types armés de katana déambulent, surveillant les clients.

Les personnages posent des questions et apprennent :
--> Bancroft se rendait souvent ici : au moins une fois par semaine. C'était un bon client. Un de ceux qui comptent pour les patrons de Jerry.
--> Il fréquentait une série de putes bunraku, le modèle Bonell conçu à partir d'une starlette du cinéma du début du siècle. Fait sur mesure pour le compte de R. Bancroft. Peu de clients en demandaient, de ce modèle là -personne ne se souvient vraiment de l'époque du cinéma.
--> Le 15 avril (soirée du meurtre/suicide), il s'est rendu au Jerry's. Il a demandé l'une des trois Bonell. Comme d'habitude.
--> Les putes bunraku possèdent un commlink et module SIM débridé hotsim permettant de lire des personafix, en d'autres termes des BTL dérivées de la technologie simsens. Ces BTL émulent le comportement, les émotions et certains traits de caractères de leur modèle. Mais comme il s'agit de hotsim (obligatoire pour lire des BTL), la personnalisation va bien au-delà de ce que peut ressentir tout individu moyen sur sa platine simsens de salon.

Les Yakuza ont pour habitude de couplé cela à un filtre de données cyberimplanté qui supprime tout souvenir du trip, assurant ainsi la confidentialité du "dénouement heureux". Les putes bunraku sont en outre systématiquement biosculptées à l'image de l'une ou l'autre des personafix dont elle sont chargées pour un plaisir maximum du client.

--> Les petites affaires des clients se passent dans des chambres à l'étage. Isolées de la Matrice via une peinture anti wi-fi, et de runes de gardes (indice 4). Tant le client que la pute peuvent se connecter ensemble (via IND si le client est équipé d'un module SIM débridé hot SIM) pour un plaisir partagé.
--> Un type s'est pointé il y a quelques jours ; il a posé les même question, plus ou moins, que les personnages. Il était très intéressé par avoir des informations sur R. Bancroft sur ses habitudes. Il avait des arguments auxquels Jerry n'a pas su résisté (Jerry ne précise pas lesquelles). Face à un holopic de Bolivar Trask, Jerry confirme qu'il s'agissait bien de ce gars là avec une deux autres types.
--> Il a ensuite payer pour passer une soirée avec les trois Bonell que Jerry possède en stock. Ensemble. Les deux types qui l'accompagnaient sont rester au bar à reluquer les danseuses topless.

Construct testamentaire Prescott, Forbes & Hernandez

"Il est avéré que tout le monde ment. La seule variable est le sujet du mensonge. Le point positif quand on annonce à quelqu'un qu'il va mourir, c'est que leurs priorités sont remises en question. On découvre ce qui a de l'importance à leurs yeux. Ce pour quoi ils sont prêts à mourir. Ce pour quoi ils sont prêts à mentir".
-Dr House-

> Prescott (et M. Bancroft) refusent de laisser les personnages consulter le testament avant le chargement officiel de ce dernier et son visionnage par les ayant droits et le FBI. Prescott préfère ne pas prendre de risques pouvant invalider les paroles du construct.

> Conçu par les techniciens de NeoNET.
> Visionné par le FBI, ainsi que par la famille, après son chargement dans l'après-midi du 16.

Les testaments des SINer fortunés n'ont rien à voir avec un simple rendez-vous chez le notaire. En fait il s'agit d'une application particulière du simsens et des cogiciels. Les construct sont des masses de données lues via simrig ou saisies par l'intéressé cumulant les souvenirs de l'auteur. L'ensemble de ces données mortes (qui peuvent être considérables) sont mises en mouvement par des pyramides de calculs complexes simulant à un certain pourcentage la personnalité de l'auteur. En d'autres termes, il s'agit de copies partielles des traits saillants de la psyché d'un individu au moment de la dernière mise à jour. Bien entendu, l'auteur est libre d'exercer une forme de censure informatique sur les données contenues. Une révision de testament en somme.

R. Bancroft a fait sceller son construct testamentaire il y a un an, et n'y a pas toucher depuis. Il l'a fait essentiellement après que son spécialiste lui ai annoncé que ses cellules commençaient à rejeter le traitement ET que son fils Rick était en phase de rémission de son AIPS (selon le Dr Gavin Pierce). Interroger, le construct nie cependant le fait que son rédacteur se soit suicidé : R. Bancroft aime la vie et n'a pas subis des années cumulées dans une cuve remplie de nanomachines pour se suicider ; songez que ce type à connu les guerres indiennes, l'Eveil, le crash de '29, la gobelinisation, les épidémies de SIVTA, l'élection de Dunklezahn..., bref l'essentiel du Sixième Monde. Ce type était vieux.
 
En outre, d'après le testament, il aurait eu plus que tout envie de voir son fils grandir avec lui et surtout hérité. Si on évoque le fait qu'il a peut-être été assassiné, le construct annonce que son rédacteur a déjà discuter de cela avec sa femme, il y a de nombreuses années : elle saura faire le nécessaire afin de le venger.

Bien entendu, on peut changer en un an.

--> Une fois charger dans un node, le construct énonce (en RV le plus souvent) les dernières volontés du défunt –et peut éventuellement expliciter celles-ci. En résumé, il lègue la majorité de sa fortune à son fils, Rick Bancroft. Le reste des dons est anecdotique (rentes viagères par-ci, dons directs par là, versement à diverses associations caritatives comme la Homeless Society, Overlake MRC, ou le CMA).

17 avril 2070

5h
> Vers 5 h du mat', Archie sort de la prison de Renton. Engagé par Forbes, Prescott et Hernandez. Pour lui c'est ça où affronter le haut commandement aryen au grand complet...
> Après un soyburger, Lewis, avocat de FPH, le conduit à l'hôtel Prospero (Auburn). Les présentations faites, le groupe se met au boulot... après un sommeil bien mérité de quelques heures.

> Retour sur les planches vers 9h-10h. Archie se rend chez un de ses potes (i.e. contact) ambulancier urgentiste afin de faire reconnecter ses cyberlames implantées. L'autochirurgien entre en action et opère sans anesthésie locale (la firme surveille les stocks afin qu'ils ne tombent pas de l'ambulance...).

10h
> Les personnages se rendent à Coafield (Bellevue, C) chez Gerald Tyler (chauffeur de Bancroft, qu'ils ont vaguement interrogé le soir du meurtre/suicide). Son épouse (Nancy, 36 ans, humaine, brune, quelconque) semble excédée par la pression médiatique.

> Après avoir (ra)appeller Prescott (leur Johnson), ils obtiennent le numéro de Tyler. Il se trouve actuellement à Bellford House (il reprend le service vers 7h30).

> Devant Bellford House (Junita Bay, Bellevue, AA) campent deux vans de chaines locales. La sécurité de KE est toujours présente avec l'arsenal high tech qu'offre un niveau de vie Sécurité élevé. Les personnages n'ont aucun mal à passer (les types de la firme ont reçu des consignes de la part de la veuve Bancroft).

> Tyler est dans le garage, où il est en train de bricoler le moteur d'un véhicule -la voiture de sport de Naomi Bancroft.

--> Oui, il sait que R. Bancroft avait un fils mais sans plus. Il se rendait de temps en temps à Overlake Medical Center (au moins une fois par mois).

--> Il s'y est rendu il y a quelques jours et est rester une trentaine de minutes.

--> Il a effectivement conduit son patron au Rutherford Plaza dans l'après-midi du 15 ; il l'a déposer devant yun restaurant français "Chez Claude".

--> Il s'est rendu dernièrement à l'Aztechnology Mall Center (un gigantesque centre commercial à la gloire de la big A). Tyler est resté dans la voiture, au niveau -3 du parking. Bancroft est rester dans le mall une petite heure. Il suppose qu'il est aller dans un "cybercafé" afin de louer une crèche RV -c'est Tyler qui a fait la réservation.

--> Il n'a aucune idée de ce que son patron foutait là (et Tyler l'a bien précisé au FBI). Mais de toute manière l'agenda prévisionnel de Bancroft avait de toute manière été jeté aux oubliettes cette dernière semaine, donc il ne s'est pas posé trop de questions.

Les fuites au DP 67

 « Dans ces temps de tromperies universelles, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »
- George Orwell-

Archie interroge un de ses contacts, un journaliste, afin de savoir qui à révéler "les tensions" existant au sein du DP 67. En d'autres termes, qui a effectuer l'interview sauvageayant fait perdre son sang froid à Bancroft peu de temps avant qu'il n'annonce sa démission officielle du DP 67. De toute évidence, ce type paraissait bien renseigné...

--> Selon le contact, se serait un type un peu iconoclaste se faisant appeller ShadowCat. Il signe tous ses reportages (pirates) avec un logo animé d'une bande de chats noirs aux poils hérissés et en train de se battre.

--> Selon le contact (Doug), ShadowCat n'existe pas : ils s'agit d'une créations des médias traditionnels afin de se dédouaner de la diffusion de sujets brulants un peu borderline, du genre "on est tomber sur une info, ce n'est pas nos services qui l'ont trouvée... mais on la diffuse quand même". A moins que ce ne soit rien de plus que des manoeuvres politiciennes. Bref...

--> Il parait qu'il (ou elle) traine du coté de Plastic Jungle (un endroit bizarre dans Redmond). Du moins c'est de là qu'il (ou elle) diffuse -d'après Doug.

Interlude : Lisa. Les personnages doivent se trainer Lisa, la soeur du contact pendant un après-midi. Elle vient de la côte est, c'est une SINer (bien entendu) et c'est une ork est peu délurée. Elle pense que son frère travaille dans la publicité -alors qu'en réalité sa source de revenue est bien plus irrégulière, en fonction de ses compétences en voyeurisme.

Overlake Medical Research Center

Un ensemble de batiments jouxtant une space vert et une piste d'athlétisme à destination des employés médicaux. Il s'agit d'une clinique privée et indépendante. Pendant que l'un des runners détourne oportunément l'attention du secretariat, un autre interroge le Dr Gavin Pierce.

Ce type est médiatiquement connu essentiellement pour sa prise de parole dans un interview donné récemment sur les AIPS (voir plus haut), et pour la sortie de son livre sur le sujet. Il se qualifie de chercheur indépendant.

--> Oui, le fils de Richard Bancroft est en observation dans les locaux d'Overlake, parmi d'autres patients souffrant de diverses pathologies. Il a été admis sous le nom de Joachim Garnier il y a six ans (fake SIN). Le Dr G. Pierce n'en fait pas grand mystère désormais : le FBI, en la personne de l'agent spécial G. Gordon, lui a poser des questions allant dans ce sens.

Il confirme que les symptômes traumatiques habituels des AIPS se sont apaisés et (possiblement) en voie de rémission, à l'exception de l'hypersensibilité au wi-fi en général et des phénomènes de PSVA. Bien entendu, tous les autres cas similaires se sont concluent par des rechutes, mais Pierce reste très optimiste pour cette énième fois.

--> Il a révélé ce mieux être de Rick à son père, il y a un an. Ce dernier venait souvent le voir, et ce depuis le Crash 2.0 (2064), contrairement au reste de la famille Bancroft. Lorsqu'il appris la nouvelle, le changement a été spectaculaire : il était très enthousiaste et a immédiatement aidé financièrement le département que dirige Pierce. Il est peu courant chez les personnes subissant des traitements de prolongation de la jeunesse cellulaire comme Bancroft de manifester des émotions "humaines" ; selon Pierce, R. Bancroft devait vraiment aimé son fils.

--> Pierce lui déconseilla cependant d'ébruiter les progrès de Rick ; d'autres de ses collègues indépendants de par le monde (ils sont rares) ont fait des observations similaires et tous ont renoncé à révéler le résultat de leurs études. Selon G. Pierce, il y a une pression calme et massive venue d'en haut à ce sujet. Bancroft quand à lui ne voyait pas d'objection à garder le silence : de toute manière personne ne sait que son fils est frappé d'AIPS, donc personne ne saura qu'il en a peut-être été guéri.

--> Au sujet de la résolution 653 : le Dr Pierce y est favorable. Du moins tant que les AIPS profonds et spéciaux (les PSVA, notamment) sont effectivement des assistés incapables de faire quoique se soit. En revanche, si le cas (prometteur) de Rick Bancroft et de quelques autres s'avère être plus qu'un épiphénomène, il n'y a pas de raison qu'ils soient considérés comme des demi-citoyens. Pour lui, l'idée de mettre un tag* sur leur SIN revient à créer une niche d'individus par nature considérés comme différents du reste de la société. C'est immoral, surtout si ces individus ne présentent plus aucun danger pour autrui (puisqu'ils sont guéri).

--> Au sujet de R. Bancroft : Pierce et lui étaient assez proches. Il lui a révéler que ses collègues (du DP 67), se préparaient à faire quelque chose de favorable à leur candidat mais de hautement défavorable par contrecoup à l'encontre de son fils. Quelque chose qui pourrait avoir une incidence sur l'adoption de la résolution 653. Et qu'il s'y opposerait par tous les moyens, quitte à rompre avec ses convictions politiques et à aller voir la concurrence.
Pierce suppose (sans preuves) que R. Bancroft n'était pas d'accord avec une réorientation du discours du candidat démocrate (l'actuel Gouverneur) suggérée par ses amis du think-tank. Ce qui est étonnant : les Démocrates et même la Coalition Indépendante ont toujours été hésitants vis-à-vis de l'initiative de la résolution 653, contrairement aux Républicains qui y sont tout à fait favorables ("Ces types sont des putains schizophrènes ! Il faut pouvoir les identifier !").

* Ce tag est associé à la SIN de l'individu. Il apparait lors des actes de la vie quotidienne (achats, activité professionnelle -y compris l'accès à l'emploi, accès aux transports en commun, démarches administratives...) ainsi que, en permanence, dans la Réalité Augmentée.

Interlude : attentat à la bombe contre une agence de la Bancomext. Un van s'est encastré dans la devanture d'une agence de la Bancomext (organisme bancaire aux mains d'Aztechnology). Le technicien de la Lone Star ne parvient pas à désamorcer la bombe située à l'arrière du van en utilisant un sort de Doigts Télékinétiques (à travers un téléobjectif). Le van explose projetant du verre sur les quelques passants imprudents s'étant agglutinés contre les barrière de sécurité.
L'attentat est revendiqué par le front de libération du Yucatan.
 
 

 
« Modifié: 17 avril 2009, 19:32:41 par Vinci² »
"Clark…in all the years to come…in your most private moments…I want you to remember…my hand…at your throat…I want…you to remember…the one man who beat you."  - Batman to Superman, The Dark Knight Return 

Hors ligne william wallace

  • Disciple de Footix!
  • Serviteur des Parques
  • ****
  • Messages: 1000
Re : Shadowrun 4 : Think Tank
« Réponse #8 le: 06 avril 2009, 13:49:10 »
je pige pas... Bancroft aurait fait une tentative de suicide par le passé??

il fait le testament "avant qu'il apprenne que ses cellules rejète le traitement".... quelle traitement celui pour rajeunir??


Archibald Stanton (un jeune qui débute)

_que veux tu que je fasse de ton corp après ta mort?

_.... ... ... Enterre le sous le ciel....

Hors ligne Vinci²

  • Favori de Proserpine
  • *****
  • Messages: 1353
Re : Re : Shadowrun 4 : Think Tank
« Réponse #9 le: 07 avril 2009, 09:24:07 »
Rutherford Plaza

" La différence entre le politicien et l'homme d'État est la suivante : le premier pense à la prochaine élection, le second à la prochaine génération."
- James Freeman Clarke -

Le siège du centre de réflexion politique et stratégique pour le compte de la Coalition Indépendante de Seattle occupe le cinquième étage d'un immeuble de bureaux. C'est aussi ici que se trouve le QG de campagne de la Coalition qui occupe le troisième et le quatrième étage, les premiers étant loués à des sociétés d'assurance.

Les personnages se renseignent à l'accueil de cet immeuble de bureaux auprès des secrétaires synthétiques qui filtrent les entrées/sorties. Ils apprennent qu'il est impossible de rencontrer qui que se soit de l'étage du DPO sans un rendez-vous. Dépités, ils sont abordés par un minotaure à l'allure "plutôt balaise" et une asiatique (plutôt thai ou laotienne) d'un âge franchement indéterminable et à l'air plutôt sexy.  Le PAN actif du minotaure indique qu'il se nomme Kallinikos, à 28 ans, qu'il est né à Mykonos et qu'il est sur le sol UCAS avec un visa de tourisme, qu'il aime la culture, la bonne cuisine, faire la fête etc…

Il est aussi apparemment équipé de deux pistolets-mitrailleurs sous son manteau renforcé.

L'asiatique ne se donne même pas la peine d'afficher quoique se soit dans la RA : soit elle ne possède pas de commlink, soit ce dernier est en mode Ghost -ce qui n'est pas bien vu, voir franchement illégal dans certains coins. Elle ressemble à une gilette, les filles-rasoirs, surnom que l'on donne aux samurais des rues féminines, généralement dotées de cyberarmes blanches implantées.

L'endroit étant éminemment public, la conversation s'engage poliment. Les personnages expriment le désir de rencontrer "le grand manitou", le co-directeur du Département Orange, Ray Everton. Ca tombe bien, c'est exactement ce que ce dernier désirait, lorsqu'il a aperçu la trombine des runners sur les vidéos de surveillance de l'accueil.

Les deux runners se délestent de leur matériel (qui est consigné en échange d'un ticket) et passent un scanner MAD et de cyberware avant d'entrer dans l'ascenseur. Apparemment, le fait que les scanners sonnent lorsqu'ils détectent du cybermatos restreint voir, pire, lourdement prohibé (focus de combat, cyberlames, ossature renforcée, wired reflex, smarlink…) ne provoque pas d'émoi chez les vigiles.

Dans l'ascenseur, les personnages ont droit à un clip préparé par les spin doctors du groupe Horizon présentant le destin fabuleux de la candidate J. Dzugashvili, passionaria de l'indépendance de Seattle vis-à-vis des UCAS. Arrêt au cinquième étage : l'écriteau en lettrines modernes sur la porte en similibois indique sobrement : "Département Orange, institut d'analyses statistiques". Les runners sont conduits par le grec et l'asiatique dans un salon, où ils prennent place en attendant l'arrivée de Ray Everton.
 
Ray Everton,  co-directeur du Département Orange

Ray Everton est de toute évidence un jeune SINer parachuté à la codirection du DP Orange par les riches mécènes de la campagne (i.e. le mégagroupe Horizon, AAA) de la candidate J. Dzugashvili.

Les runners jouent l’approche « prenons le pour un con » et se présentent comme les employés de R. Bancroft –ce qui est techniquement le cas, du moins rétroactivement (cf le construct testamentaire). Il s’avère que c’est cet individu qui a fait suivre les personnages après qu’ils aient quitter Bellford House, le soir du suicide/meurtre.

Ses relations avec R. Bancroft
Au final, le type se montre plutôt relâché et révèle sans trop de problèmes qu’il a été approché par R. Bancroft deux ou trois jours après sa démission (le 8 avril). A ses yeux celle-ci était d’ailleurs suspecte. A dire vrai, Everton et Omar (le second co-directeur du DP Orange et le directeur de la campagne indépendante) songeaient tout d'abord à une sorte de chantage exercé par un troisième parti -peut-être les républicains.
R. Bancroft révéla cependant que la raison de sa démission était toute autre : quelques jours après la prise d'otage, Bolivar Trask, son supérieur au sein du DP 67, émis le projet de "reprendre la main" en se portant acquéreur d'un document sensible pouvant porter atteinte à l’image de la candidate indépendante, J. Dzugashvili.

Le document
Il s’agit d’un dossier médical. Ray Everton ne précise pas officiellement (aux PJs) de quoi il s’agit, mais par recoupement, les personnages se doutent qu’il s’agit du dossier médical de J. Dzugashvili, et, pure supposition de leur part, qu’elle aurait été frappée d’AIPS au lendemain du Crash. A la lumière des explications sur l'état de Rick Bancroft (cf Dr Gavin Pierce), C’est la seule raison qui pourrait expliciter le changement de posture de Bancroft et sa démission (malheureusement) médiatisée du DP.

Ray Everton ne confirme pas, mais n’infirme pas non plus les suggestions des personnages (l'AIPS de la candidate Dzugashvili). Toujours est-il qu'il y eu un accord informel entre les deux partis, Bancroft et lui, pour vérifier l'information (le vol du dossier) et son actuel possesseur (que Trask n'a jamais nommé aux autres membres démocrates). Bancroft s'est chargé de retrouver le vendeur en actionnant ses contacts : il s'agit d'Enzo, un lieutenant de la famille Gianelli, l'une des Trois Familles du métroplexe. En d'autres termes, la Murder Incorporated.

La Mafia.

De son coté, Everton eu la confirmation de ses supérieurs qu'un dossier médical en format papier aurait effectivement été dérobé. Ses supérieurs (le mystérieux Omar et Dzugashvili elle-même) enchainent d'ailleurs réunions sur réunions afin de se préparer au pire : la divulgation du contenu du dossier.

L'affaire était entendue entre Everton et Bancroft : les deux hommes décidèrent de se porter acquéreur du document, mais pour des raisons bien différentes : l'un (Bancroft) avait des raisons apparemment personnelles (qu'Everton ignore), et l'autre (Everton) avait quand à lui des raisons stratégiques évidentes. Il y eu donc convergence des intérêts face à Bolivar Trask. Les deux types ont commencer à réunir une forte somme d'argent (il y a une limite à la caisse noire d'un parti politique...) afin d'appâter Enzo Gianelli. Cela n'a rien donné à ce jour.

Everton déjeune avec R. Bancroft le 15 avril, au restaurant français jouxtant Rutherford Plaza (Chez Claude, un restaurant où tout n'est pas à base de soja... ). Bancroft lui laisse entendre que réunir l'argent risque de prendre du temps. Everton quand à lui, lui annonce que la Mafia (Gianelli, donc) se montre bien moins enclin à vendre. Cela peut vouloir dire plusieurs choses :

1. Elle a déjà un accord ferme avec quelqu'un, et décide en fait de rouler exclusivement pour cette dernière personne.
2. Elle décide de faire monter la sauce financière (sic!). A moins que ce qu'elle désire n'a rien à voir avec l'argent.

Dans tous les cas, Bancroft est reparti assez déçu ; ils ont tout de même convenu de se revoir pour le 18. Le soir même, Bancroft se suicide.

Everton affirme qu'il ignore tout de la mort de Bancroft. D'ailleurs, il a désormais pris des précautions afin que sa sécurité soit raisonnablement assurée (les deux gardes du corps).

Il a d'ailleurs fait parvenir ses plus sincères condoléances à l'épouse de R. Bancroft.
« Modifié: 17 avril 2009, 19:41:26 par Vinci² »
"Clark…in all the years to come…in your most private moments…I want you to remember…my hand…at your throat…I want…you to remember…the one man who beat you."  - Batman to Superman, The Dark Knight Return 

Hors ligne william wallace

  • Disciple de Footix!
  • Serviteur des Parques
  • ****
  • Messages: 1000
Re : Shadowrun 4 : Think Tank
« Réponse #10 le: 08 avril 2009, 15:32:52 »
prochaine étape tchatché avec la femme de Bancroft c'est ca????


(les époux sont souvent des suspects dans ce genre d'affaire.... d'autant plus qu'elle avait un mobile pour le tuer, etant donné qu'il léguait tout à son fils en partant....)

Archibald Stanton (Monsieur Polémique)
_que veux tu que je fasse de ton corp après ta mort?

_.... ... ... Enterre le sous le ciel....

Hors ligne william wallace

  • Disciple de Footix!
  • Serviteur des Parques
  • ****
  • Messages: 1000
Re : Re : Shadowrun 4 : Think Tank
« Réponse #11 le: 09 avril 2009, 19:01:21 »
prochaine étape tchatché avec la femme de Bancroft c'est ca????


(les époux sont souvent des suspects dans ce genre d'affaire.... d'autant plus qu'elle avait un mobile pour le tuer, etant donné qu'il léguait tout à son fils en partant....)

Archibald Stanton (Monsieur Polémique)

alors messieurs les enquêteurs vous dormez??? intervention que diable!!!!
_que veux tu que je fasse de ton corp après ta mort?

_.... ... ... Enterre le sous le ciel....

Hors ligne Vinci²

  • Favori de Proserpine
  • *****
  • Messages: 1353
Re : Shadowrun 4 : Think Tank
« Réponse #12 le: 11 avril 2009, 17:45:52 »
Et en prime, un petit Dramatis Personae
Les individus dont la nationalité est indiquée sont forcément SINer. Ils l'indiquent en général ouvertement (et fièrement) dans la Réalité Augmentée. Les rouges sont décédés.

Les Bancroft
--> Richard Bancroft, humain, UCAS, génocrate, homme d'affaire et financier du Parti Démocrate de Seattle
--> Miriam Bancroft, humaine, Universal Omnitech/UCAS, son épouse et employeur des runners
--> Naomi Bancroft, humaine, UCAS, étudiante à UCLA, et cadette du couple Bancroft
--> Cynthia Bancroft, UCAS, employée à l'hôtel de ville, ainée du couple Bancroft, en couple avec Bolivar Trask
--> Richard Bancroft Jr (dit "Rick"), humain, UCAS, fils de Richard Bancroft, atteint d'AIPS et en internement

L'entourage des Bancroft
--> Gerald Tyler, elfe, UCAS (Seattle), chauffeur et "homme" à tout faire de R. Bancroft
--> Diana Weezer, ork, UCAS (Seattle), directrice de Knox Meditech
--> Oumon Prescott, drow, UCAS (Enclave Corporatiste de Manhattan), avocate cabinet  Prescott, Forbes et Hernandez, Johnson des runners
--> David Lewis, humain, UCAS (Seattle), avocat du cabinet Prescott, Forbes et Hernandez
--> Bruce Jackson, ork, citoyen Ares Macrotechnology/UCAS (Michigan), responçable client chez Knight Errant Bellevue

Les politiques du scénario
--> Ray Everton, humain, UCAS, codirecteur du DP Orange pour la Coalition Indépendante (de Seattle)
--> Bolivar Trask, ork, UCAS, chaman Dragon, directeur du DP 67 pour le Parti Démocrate (de Seattle)
-->

Les blouses blanches du scenario
--> Dr Perkins, humain, Universal Omnitech, biotechnicien à Eugenia Corp Center Seattle
--> Dr Hellström, elfe, Universal Omnitech, psychochirurgien à Eugenia Corp Center Oslo
--> Dr Gavin Pierce, humain, UCAS (Seattle), psychiatre à la clinique privée Overlake Medical Research, indépendant, auteur d'un livre sur les AIPS.
-->

Le gentil
--> Graham Gordon, ork, UCAS, adepte mystique, agent du FBI

Les mafieux du scénario
--> Jerry, humain, coréen, fournisseur en services récréatifs spéciaux
--> Les trois modèles "Bonell", prostituées bunraku préparées par le Yakuza (à la base pour R. Bancroft), bossent au Jerry's Closed Quarter (Redmond, Touristeville).
-->

Les autres
--> Lisa, ork, UCAS, publicitaire pour "A whole new you" (filiale d'Evo)
--> Minos, troll (minotaure), "ressource extérieure ajustable" pour le compte de Ray Everton
--> Kim, humaine, asiatique, "ressource extérieure ajustable" pour le compte de Ray Everton
--> Jet Lag, humain, SINless, hacker à l'ancienne
-->
 
« Modifié: 17 avril 2009, 16:00:42 par Vinci² »
"Clark…in all the years to come…in your most private moments…I want you to remember…my hand…at your throat…I want…you to remember…the one man who beat you."  - Batman to Superman, The Dark Knight Return 

Hors ligne Vinci²

  • Favori de Proserpine
  • *****
  • Messages: 1353
Re : Shadowrun 4 : Think Tank
« Réponse #13 le: 19 avril 2009, 18:55:51 »
SEATTLE, 17 Avril 2070


Cette partie commence par un rapport auprès du Johnson, Oumon Prescott. Le lieu de RDV est la fosse au néo-megalodon [métacréature probablement apparrue en 2011, aperçue en 2014 par un harponneur japonais, ses traits distinctifs se généralisant lors de la Gobelinisation de 2021, puis se renforçant lors de la GRIME de 2061], dans un aquarium de Downtown.

18 Avril 2070

S'en suit une journée de glande (le 18). En soirée, entretien avec leur employeur, Miriam Bancroft et ses trois synthétiques domestiques. Elle est satisfaite des performances de l'équipe et les hypothèses de celle-ci lui paraissent crédibles. Elle cherche juste à connaitre le mode opératoire de l'assassinat et demande aux personnages d'aller récupérer le plus de données disponibles au Jerry's. Elle n'a pas envie de savoir comment.

19 Avril 2070

Le 19, au matin, les runners se rendent au Jerry's Closed Quarter (Redmond) via les services de XX, une organisation (illicite) de transporteurs (100 nY par personne, tarif de jour, mais il y a pas mal de coins des Barrens où ils vont pas -parce qu'ils n'ont pas d'accords avec les locaux).

Ils visionnent les vidéos des chambres de décantation d'Eugenia Corp (fournies par M. Bancroft) pendant la durée du traitement de son époux. Rien de probant.

Arrivée à l'entrée, au milieu d'un village de tole ondulée, une demi-douzaine de gachettes et un Steel Lynx forment la seule protection matinale du Jerry's Closed Quarter. Discussion au saut du lit avec Jerry, la petite frappe coréenne en slip léopard. Echange de tunes et de puces optiques (les prouesses de R. Bancroft et celles de Bolivar Trask, présent au Jerry's avec deux gardes du corps, deux nuits avant la mort de Bancroft).

Découverte des prostituées bunraku ("marionnettes" en japonais shadowrunesque) biofaçonnées afin de ressembler à l'actrice du début du siècle Miriam Bonell. Les prostituées se sont suicidées. Découverte du mode opératoire probable de l'assassin de R. Bancroft. Le commlink cyberimplanté des Bonell est hacké par Jet Lag (un contact) qui pille un peu tout ce qui est utile. Découverte des traces de l'execution d'un programme tueur furtif Killswitch (le programme lui-même s'est effacé après usage, mais pas les traces historiques de son execution).

Jerry s'occupe de faire disparaitre le corps des deux dernières Bonell comme il a fait disparaitre la première (de la chair fraiche pour les goules-d'en-face afin qu'elles respectent le territoire du Jerry's Closed Quarter... !).

Puis, à l'insu des personnages, il décroche le téléphone...

Retour à l'étage Watchtower de l'hôtel Prospero (Auburn) avec sous le bras un pervers en costume de tigre en pleine descente de Longue Marche. Glande quelques temps, histoire d'avoir une communication téléphonique avec le Johnson. Assaut sur l'hôtel de flingueurs. Deux font sauter la vitre à la charge ventouse et descendent sur le balcon avec une corde. Equipés de vestes blindées (8/6) et armés de pistolets mitrailleurs. Quatre font sauter un pan du mur grace à des explosifs linéaires. Ils sont armés de fusils d'assaut et un Eveillé est probablement parmi eux.

Baston et fusillade. Les perso' s'en sortent et font mine de dépouiller les cadavres (sans vérifier s'il y a encore du monde).

Sur le toit d'en face, un type ne détecte plus les signaux vitaux émis par les biomoniteurs des flingueurs du dimanche.

Tir au RPG 7 (anti-personnel) sur l'étage Watchtower.

Le mage hermétique elfe est en miettes, les deux autres sont amochés et le type dans la baignoire est toujours dans le schwartz. Les survivants quittent l'étage à temps : le tireur lâche encore deux roquettes sur le cinquième étage, occupé par la suite Watchtower. Au rez-de-chaussée, un solo en embuscade (les joueurs passent par l'entrée principale...) parvient à abattre l'un des deux survivants de deux balles de pistolet lourd. Réanimation médicale recquise (i.e. Chance cramée donc réanimation possible, pas de Edge cramée ou pas de raisons valables de s'en sortir= mort du PJ) pour les deux tombés. Le perso survivant parvient à abattre le flingueur après un gunfight en temps ralenti. Il ressemble à l'un des deux garde du corps de ce foutu politicien, Bolivar Trask.

Les hurlements de la police et des ambulances SRT de la Doc Wagon se font entendre au loin.

Les frais risquent d'être salés (contrat Standard) : 8000 nY pour la réanimation sur site (Edge cramée= réanimation possible), 1000 nY / jour de soins intensifs (tant que le perso est dans le Surplus de dommages), 500 nY / jour de soins standards (afin de récupérer le reste). Le personnage est conscient (mais amoché) à partir du moment où tous les Etourdissants et toutes les cases du Surplus ont disparues (mais avec un compteur Physique remplis). 

19 avril, aux alentours de, disons 10h-11h du matin.
« Modifié: 13 mai 2009, 10:37:01 par Vinci² »
"Clark…in all the years to come…in your most private moments…I want you to remember…my hand…at your throat…I want…you to remember…the one man who beat you."  - Batman to Superman, The Dark Knight Return 

Hors ligne Vinci²

  • Favori de Proserpine
  • *****
  • Messages: 1353
Re : Shadowrun 4 : Think Tank
« Réponse #14 le: 30 avril 2009, 12:29:35 »
SHOWDOWN / ROLLBACK


Ce run n'est la suite (et fin) du précédent scenario que pour certains personnages. Du point de vue des nouveaux shadowrunners, l'intrigue n'a pas forcément besoin d'être explicitée.

SEATTLE, 19 avril 2070

Les ambulances de la Doc Wagon réaniment les deux "morts" tandis qu'elles se jettent en hurlant vers les urgences de la firme meditech. Ils survivent (du moins tant qu'il y dépense d'Edge et au sein d'une zone couverte par la firme).

Francis (François -mais c'est un peu trop... français) fait son rapport à M. Bancroft qui achève le versement de l'argent promis pour l'enquête sur laz mort de son époux. Elle s'assure de certains détails en interrogeant sa fille. Le ton monte (mais pour le runner dans la pièce d'a coté, la musique est de bonne qualité...). Finalement Cynthia Bancroft est sédatée avec la complicité apparente de B. Jackson, l'employé de chez Knight Errant.

On peut raisonnablement supposer qu'elle ne se souviendra de rien.

Parallèlement, Archie arrive à l'hôtel Prospero et l'attroupement policier : les vitres du cinquième ont été pulvérisées -trois corps suspendus au-dessus du balcon par des cordes. On enlève celui qui trainait pas loin de l'entrée. La police ne se montre pas très coopérative envers les curieux -comme Archie, et les infos s'arrètent à la barrière de sécurité.

Ellipse temporelle
---> Cela signifie que les runners ont 15 jours pour apprendre de nouvelles compétences actives/connaissances, augmenter la Loyauté de Contact (pas plus de +1 par mois), acheter/trouver du matos, acheter/trouver des sorts, les apprendre, spéculer sur le sens de la vie etc...
Le décompte des niveaux de vie s'effectue toujours les fins du mois.

4 mai 2070

Deux semaines après l'assaut sur l'hôtel Prospero. Les shadowrunners se remettent de leurs investigations sur la mort de R. Bancroft. Ils sont a nouveau contactés par le cabinet d'avocat PFH. Cette fois-ci leur employeur direct se dévoile : M. Bancroft.

Le RDV à lieu en fin de journée, dans les locaux du cabinet d'avocat, DT Seattle.

Les shadowrunners sont engagé par cette veuve fortunée afin d'assassiner le meurtrier de son époux, un politicien du parti démocrate, Bolivar Trask.

Elle engage 50.000 nY, 50% de suite (c'est vraiment beaucoup, loin des standards de la mission urbaine de quelques jours !). Un compte temporaire spécifique est ouvert pour les dépenses justifiables auprès d'une filiale de la Bancomext située dans les Caraïbes.

Les runners commencent par se renseigner sur la Matrice sur le planning "people" connu de leur cible. Ils obtiennent trois lieux, dans les trois jours. Sa présence à l'assemblée de soutien au CMA (Comité pour la Mémoire des victimes de l'Arcologie) à une inauguration de bibliothèque automatisée au campus de DT Seattle, et à une soirée glamour proposée par un nanti, Enzo Gianelli.

Puis ils cherche à savoir où réside ce type : dans le SCIRE.

5 mai 2070

Interlude_ ROLLBACK
Toujours âpres au gain ils effectuent, la même nuit, une contre-exfiltration. Embauché dans un chatroom sculptée à la manière d'une vallée bavaroise, ils sont chargés d'enlever un type venant apparemment justement de se faire exflitrer. La cible est un cyberlogicien -un individu augmenté d'une suite cybernétique visant à traiter énormément d'informations. Il est sensé arrivé avec deux individus, un humain allemand et un nain néérlandais via un vol classique, d'ici quelques heures.

Il ne sera pas coopératif.

Les runners "louent" un van à un contact et se pointent aux arrivées de l'aéroport de Sea-Tac. Ils repèrent bien la cible mais les deux individus qui accompagnent ne ressemblent en rien à la photographie. L'un des runners parvient à détecter l'utilisation de masques en latex (ou de nanocrèmes d'apparence). De toute évidence, ces types n'ont aucune envie de subir une identification faciale. La filature démarre. Elle s'achève en fusillade sur la voie rapide lorsque les individus se savent suivis, face à trois drones (volants) moyen, des MCT Nissan armés.

Finalement, la cible est enlevée (bien que lourdement commotionnée par une boule étourdissante "overcastée") et livrée en temps et en heure à un petit aérodrome privé. Direction les Etats Allemands Alliés.
Fin de l'interlude_ ROLLBACK

Après avoir laissé un collègue sur la chaussée, ils reprennent leur mission initiale -semant au passage un autogyre Wasp de la division routière de LSSS- alors même qu'un trublion de la team propose d'aller plus loin dans l'affaire et de faire d'une pierre, deux coups, deux paies.

Reste à savoir comment et quand opérer.


« Modifié: 20 mai 2009, 19:19:29 par Vinci² »
"Clark…in all the years to come…in your most private moments…I want you to remember…my hand…at your throat…I want…you to remember…the one man who beat you."  - Batman to Superman, The Dark Knight Return